« Une pause par jour » – 31 mars 2020

Première lecture – « Tous ceux qui auront été mordus, qu’ils regardent le serpent, alors ils vivront ! » (Nb 21, 4-9) – Lecture du livre des Nombres

En ces jours-là, les Hébreux quittèrent Hor-la-Montagne par la route de la mer des Roseaux en contournant le pays d’Édom. Mais en chemin, le peuple perdit courage. Il récrimina contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! » Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël. Le peuple vint vers Moïse et dit : « Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu’il éloigne de nous les serpents. » Moïse intercéda pour le peuple, et le Seigneur dit à Moïse : « Fais-toi un serpent brûlant, et dresse-le au sommet d’un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, alors ils vivront ! » Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet du mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il restait en vie ! – Parole du Seigneur.

Lire la suite

Prière des confinés

Je reste à la maison, Seigneur !

Et aujourd’hui, je m’en rends compte, Tu m’as appris cela. Demeurant obéissant au Père, pendant trente ans dans la maison de Nazareth,  en attente de la grande mission.

 

Je reste à la maison, Seigneur ! 

Et dans l’atelier de Joseph, ton gardien et le mien, j’apprends à travailler, pour arrondir les angles de ma vie et te préparer une œuvre d’art.

Et je sais que je ne suis pas seul parce qu’avec  Marie, je prends soin de mon ménage et des miens, et je prépare le repas pour nous tous, la famille de Dieu.

Je reste à la maison, Seigneur !

Et je le fais de manière responsable pour mon propre bien, pour la santé de ma ville, et pour le bien de mon frère que tu as mis à côté de moi, me demandant de m’en occuper dans le jardin de la vie.

Je reste à la maison, Seigneur !

Et dans ma prière, mon intelligence, mes actes et mes choix, je reste attentif aux soucis de mes frères les plus fragiles, je reste à l’écoute de la respiration du monde pour, avec toi, construire le Royaume de Dieu, de justice et de paix.

Je reste à la maison, Seigneur !

Et dans le silence de Nazareth, je m’engage à prier, à lire, à étudier, méditer, à être utile pour les petits travaux, afin de grandir dans la foi et l’espérance, et devenir un citoyen responsable du monde.

Je reste à la maison, Seigneur !

Et le matin, je te remercie pour le nouveau jour que tu me donnes, en essayant de ne pas la gâcher et l’accueillir avec émerveillement, comme un cadeau et une surprise de Pâques.

Je reste à la maison, Seigneur !

Et à midi, je recevrai la salutation de l’Ange. Je me rendrai utile pour l’amour, en communion avec mes frères souffrants, attentif aux plus démunis. Je me rendrai utile pour l’amour, en communion avec toi qui t’es fait chair pour habiter parmi nous.

Je reste à la maison, Seigneur !

Et si le soir me prend la mélancolie ou l’angoisse, je la vivrai en lien avec tous ceux qui sont seuls et désemparés. Je t’invoquerai comme les disciples d’Emmaüs. Reste avec nous, le soir est arrivé et le soleil se couche.

Je reste à la maison, Seigneur !

Et dans la nuit, en communion de prière avec les nombreux malades et les personnes seules, j’attendrai l’aurore pour chanter à nouveau ta miséricorde et ta présence à ceux qui souffrent.

Et dire à tout le monde que, dans les tempêtes, tu as été mon refuge.

Je reste à la maison, Seigneur !

Et je ne me sens pas seul et abandonné, parce que tu me l’as dit : Je suis avec vous tous les jours.

Oui, et surtout en ces jours de confusion, ô Seigneur,

Dans lesquels, si ma présence n’est pas possible,

Je vais atteindre chacun, uniquement avec les ailes de la prière.                

Amen.

Auteur non indiqué

Merci à Hélène, collègue assistante paroissiale, pour l’envoi de cette magnifique prière ! 

« Une pause par jour » – 30 mars 2020

Première lecture – « Voici que je vais mourir, sans avoir rien fait de tout cela » (Dn 13, 41c-62 (lecture brève)) – Lecture du livre du prophète Daniel

En ces jours-là, le peuple venait de condamner à mort Suzanne. Alors elle cria d’une voix forte : « Dieu éternel, toi qui pénètres les secrets, toi qui connais toutes choses avant qu’elles n’arrivent, tu sais qu’ils ont porté contre moi un faux témoignage. Voici que je vais mourir, sans avoir rien fait de tout ce que leur méchanceté a imaginé contre moi. » Le Seigneur entendit sa voix. Comme on la conduisait à la mort, Dieu éveilla l’esprit de sainteté chez un tout jeune garçon nommé Daniel, qui se mit à crier d’une voix forte : « Je suis innocent de la mort de cette femme ! » Tout le peuple se tourna vers lui et on lui demanda : « Que signifie cette parole que tu as prononcée ? » Alors, debout au milieu du peuple, il leur dit : « Fils d’Israël, vous êtes donc fous ? Sans interrogatoire, sans recherche de la vérité, vous avez condamné une fille d’Israël. Revenez au tribunal, car ces gens-là ont porté contre elle un faux témoignage. » Tout le peuple revint donc en hâte, et le collège des anciens dit à Daniel : « Viens siéger au milieu de nous et donne-nous des explications, car Dieu a déjà fait de toi un ancien. » Et Daniel leur dit : « Séparez-les bien l’un de l’autre, je vais les interroger. » Quand on les eut séparés, Daniel appela le premier et lui dit : « Toi qui as vieilli dans le mal, tu portes maintenant le poids des péchés que tu as commis autrefois en jugeant injustement : tu condamnais les innocents et tu acquittais les coupables, alors que le Seigneur a dit : “Tu ne feras pas mourir l’innocent et le juste.” Eh bien ! si réellement tu as vu cette femme, dis-nous sous quel arbre tu les as vus se donner l’un à l’autre ? » Il répondit : « Sous un sycomore. » Daniel dit : « Voilà justement un mensonge qui te condamne : l’ange de Dieu a reçu un ordre de Dieu, et il va te mettre à mort. » Daniel le renvoya, fit amener l’autre et lui dit : « Tu es de la race de Canaan et non de Juda ! La beauté t’a dévoyé et le désir a perverti ton cœur. C’est ainsi que vous traitiez les filles d’Israël, et, par crainte, elles se donnaient à vous. Mais une fille de Juda n’a pu consentir à votre crime. Dis-moi donc sous quel arbre tu les as vus se donner l’un à l’autre ? » Il répondit : « Sous un châtaignier. » Daniel lui dit : « Toi aussi, voilà justement un mensonge qui te condamne : l’ange de Dieu attend, l’épée à la main, pour te châtier, et vous faire exterminer. » Alors toute l’assemblée poussa une grande clameur et bénit Dieu qui sauve ceux qui espèrent en lui. Puis elle se retourna contre les deux anciens que Daniel avait convaincus de faux témoignage par leur propre bouche. Conformément à la loi de Moïse, on leur fit subir la peine que leur méchanceté avait imaginée contre leur prochain : on les mit à mort. Et ce jour-là, une vie innocente fut épargnée. – Parole du Seigneur.

Lire la suite

« Une pause par jour » – 29 mars 2020

Première lecture – « Je mettrai en vous mon esprit, et vous vivrez » (Ez 37, 12-14) – Lecture du livre du prophète Ézékiel

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Je vais ouvrir vos tombeaux et je vous en ferai remonter, ô mon peuple, et je vous ramènerai sur la terre d’Israël. Vous saurez que Je suis le Seigneur, quand j’ouvrirai vos tombeaux et vous en ferai remonter, ô mon peuple ! Je mettrai en vous mon esprit, et vous vivrez ; je vous donnerai le repos sur votre terre. Alors vous saurez que Je suis le Seigneur : j’ai parlé et je le ferai – oracle du Seigneur. – Parole du Seigneur.

Lire la suite