« Une pause par jour » – 7 février 2021

Aujourd’hui, à partir de 7h, vous pourrez participer à l’eucharistie (5ème dimanche du temps ordinaire) du doyenné de Gedinne enregistrée dans l’église de Sugny (Secteur de Vresse) et célébrée par l’abbé Armel Kole, prêtre du secteur.
Première lecture – « Je ne compte que des nuits de souffrance » (Jb 7, 1-4.6-7) – Lecture du livre de Job

Job prit la parole et dit : « Vraiment, la vie de l’homme sur la terre est une corvée, il fait des journées de manœuvre. Comme l’esclave qui désire un peu d’ombre, comme le manœuvre qui attend sa paye, depuis des mois je n’ai en partage que le néant, je ne compte que des nuits de souffrance. À peine couché, je me dis : “Quand pourrai-je me lever ?” Le soir n’en finit pas : je suis envahi de cauchemars jusqu’à l’aube. Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, ils s’achèvent faute de fil. Souviens-toi, Seigneur : ma vie n’est qu’un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur. » – Parole du Seigneur.

Psaume 146 (147a), 1.3, 4-5, 6-7

R/ Bénissons le Seigneur
qui guérit nos blessures !
ou : Alléluia ! (Ps 146, 3)

Il est bon de fêter notre Dieu,
il est beau de chanter sa louange :
il guérit les cœurs brisés
et soigne leurs blessures.

Il compte le nombre des étoiles,
il donne à chacune un nom ;
il est grand, il est fort, notre Maître :
nul n’a mesuré son intelligence.

Le Seigneur élève les humbles
et rabaisse jusqu’à terre les impies.
Entonnez pour le Seigneur l’action de grâce,
jouez pour notre Dieu sur la cithare !

Deuxième lecture – « Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! » (1 Co 9, 16-19.22-23) – Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, annoncer l’Évangile, ce n’est pas là pour moi un motif de fierté, c’est une nécessité qui s’impose à moi. Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! Certes, si je le fais de moi-même, je mérite une récompense. Mais je ne le fais pas de moi-même, c’est une mission qui m’est confiée. Alors quel est mon mérite ? C’est d’annoncer l’Évangile sans rechercher aucun avantage matériel, et sans faire valoir mes droits de prédicateur de l’Évangile. Oui, libre à l’égard de tous, je me suis fait l’esclave de tous afin d’en gagner le plus grand nombre possible. Avec les faibles, j’ai été faible, pour gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns. Et tout cela, je le fais à cause de l’Évangile, pour y avoir part, moi aussi. – Parole du Seigneur.

Évangile – « Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies » (Mc 1, 29-39) – Alléluia. Alléluia. Le Christ a pris nos souffrances, il a porté nos maladies. Alléluia. (Mt 8, 17) – Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, aussitôt sortis de la synagogue de Capharnaüm, Jésus et ses disciples allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André. Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre. Aussitôt, on parla à Jésus de la malade. Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait. Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons. La ville entière se pressait à la porte. Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons ; il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était. Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait. Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche. Ils le trouvent et lui disent : « Tout le monde te cherche. » Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti. » Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons. – Acclamons la Parole de Dieu.

Dimanche de la santé

Quand nous lisons les Évangiles, nous comprenons que la bonne nouvelle doit être annoncée à tous. Les textes bibliques de ce dimanche nous rappellent qu’elle s’adresse tout spécialement aux humbles et aux faibles, surtout quand ils sont touchés par la souffrance et le découragement. La première lecture nous parle de Job. Voilà un homme qui a tout perdu, ses biens, sa famille et sa santé. Aujourd’hui, nous l’entendons pousser un cri de souffrance : « À peine couché, quand pourrai-je me relever ? Le soir n’en finit pas : je suis envahi de cauchemars jusqu’à la tombe… »

En entendant ces paroles, nous pensons à tous les grands malades qui sont confinés dans une chambre d’hôpital ou chez eux. Ces nuits qui n’en finissent pas c’est très éprouvant pour eux. On leur dit parfois qu’il faut prier le chapelet, mais beaucoup n’en ont pas la force. Quand on a connu cette situation, on comprend qu’il ne suffit pas de prier POUR les malades mais en leur nom. C’est leur cri de souffrance que nous faisons monter vers le Seigneur. Ce cri est une prière que Dieu entend.

Le psaume 146 nous permet de recevoir la réponse de Dieu à la supplication de Job et à celle de toute l’humanité : Il guérit les cœurs brisés et soigne leurs blessures. » Savoir que Dieu nous écoute est déjà une première réponse. Il nous aime tous bien au-delà de tout ce que nous pouvons imaginer. C’est pour cet amour que le psalmiste nous appelle tous à fêter notre Dieu et à chanter sa louange.

Dans la seconde lecture, l’apôtre Paul nous invite à faire un pas de plus. Nous ne pouvons pas nous contenter de bénéficier passivement de l’amour de Dieu. Nous nous sommes envoyés pour l’annoncer à tous. Notre priorité doit être pour ceux qui sont douloureusement éprouvés par la maladie et la souffrance. Ils ont la première place dans le cœur de Dieu. Le Christ nous a dit que lui-même se reconnaît en chacun d’eux : « J’étais malade et vous m’avez (ou vous ne m’avez pas) visité… »

Aujourd’hui, nous pensons à tous ceux et celles qui sont engagés dans la Pastorale de la Santé, les aumôneries d’hôpitaux, le Service Évangélique des malades et bien d’autres. Et bien sûr, nous n’oublions pas les équipes soignantes qui travaillent du matin au soir et du soir au matin au service des personnes qui traversent les heures les plus fragiles de leur existence. À travers ceux et celles qui donnent le meilleur d’eux-mêmes, c’est le Seigneur qui est là.

L’Évangile de Marc nous montre des disciples qui intercèdent auprès de Jésus pour la belle-mère de Pierre qui est malade. En nous rapportant cet événement, Marc veut rendre hommage à cette femme qui fut la première à offrir l’hospitalité à Jésus durant sa vie publique. Or voilà qu’elle est au lit avec de la fièvre. « Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever.

La suite, nous la connaissons : cette belle-mère est guérie et relevée. C’est l’image de ce que Dieu veut faire pour nous : il continue à nous prendre par la main. Il veut nous remettre debout pour que nous puissions servir. Ne pensons pas seulement à la maladie physique ; nous sommes souvent paralysés par la fièvre du péché, de la rancune et de l’orgueil sous toutes ses formes. Mais le Seigneur ne cesse de nous rejoindre. S’il nous redonne la santé de l’âme et du corps, c’est pour que nous puissions redonner de l’espoir et de l’amour autour de nous.

Le soir venu, on amène à Jésus de nombreux malades et possédés. En ce dimanche, nous lui amenons tous ceux et celles qui sont douloureusement éprouvés par la pandémie avec son lot de souffrances physiques et morales. Nous nous sentons bien impuissants face à leur situation, mais nous avons la ferme espérance qu’avec le Christ, le mal n’aura pas le dernier mot.

Avec une attention infatigable, Jésus se met au service de ces malades et de ces possédés. Mais il y a une chose qu’il ne faut pas oublier : il ne se contente pas de guérir ; son but est de sauver tous les hommes. Un jour, il a dit qu’il est venu chercher et sauver ceux qui étaient perdus. Nous pensons aux malades qui reviennent de leur pèlerinage à Lourdes. Tous ne sont pas guéris, mais ils nous disent qu’ils sont transformés par cette rencontre avec le Seigneur.

Ce ministère de guérison ne va pas sans celui de la prière. Dès le matin, très tôt, Jésus s’en va dans un lieu désert et là, il priait. Il a besoin de ce cœur à cœur avec le Père. Il ne cherche pas à tirer profit de sa popularité. Bien au contraire, il se retire loin de la foule. Nous aussi, nous en avons besoin. La prière nous permet de nous ajuster à Dieu et à son amour. Nous lui confions tous ceux et celles qui sont douloureusement éprouvés par la souffrance et la maladie. Nous prions également pour tous ceux qui les accompagnent. En communion les uns avec les autres, nous lui demandons qu’il nous donne force et courage pour témoigner de son amour tous les jours de notre vie.

Sources : Revues liturgiques (Feu Nouveau, Fiches dominicales, Les Cahiers Prions en Église) – revue du dimanche de la santé 2021 – Dossiers personnels…

Site internet ici !

GRANDE EST TA PUISSANCE

1. Il est bon de chanter
Notre joie d´être aimés,
De te dire, en retour, notre amour.
Sans mesure, ô Seigneur,
Nous voulons nous donner.
Par ces chants, nous t´offrons notre cœur.

R. Grande est ta puissance,
Ô Dieu très saint !
Que sonne la louange,
Devant toi, sans fin.

2. Tu nous combles des biens de ton temple sacré,
Tu rassasies ton peuple affamé.
Il est grand ton amour, infinie ta bonté,
Que nos langues t´acclament, à jamais !

3. Tes prodiges sans nombre, oeuvre de ta bonté
Nous révèlent ô Seigneur, ta grandeur.
Tout petits devant toi, Dieu de notre Salut,
Humblement nous venons t´adorer.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s