« Une pause par jour » – 2 janvier 2021

S. Basile le Grand et S. Grégoire de Nazianze, évêques et docteurs de l’Eglise

Première lecture – « Que demeure en vous ce que vous avez entendu depuis le commencement » (1 Jn 2, 22-28) – Lecture de la première lettre de saint Jean

Bien-aimés, le menteur n’est-il pas celui qui refuse que Jésus soit le Christ ? Celui-là est l’anti-Christ : il refuse à la fois le Père et le Fils ; quiconque refuse le Fils n’a pas non plus le Père ; celui qui reconnaît le Fils a aussi le Père. Quant à vous, que demeure en vous ce que vous avez entendu depuis le commencement. Si ce que vous avez entendu depuis le commencement demeure en vous, vous aussi, vous demeurerez dans le Fils et dans le Père. Et telle est la promesse que lui-même nous a faite : la vie éternelle. Je vous ai écrit cela à propos de ceux qui vous égarent. Quant à vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin d’enseignement. Cette onction vous enseigne toutes choses, elle qui est vérité et non pas mensonge ; et, selon ce qu’elle vous a enseigné, vous demeurez en lui. Et maintenant, petits enfants, demeurez en lui ; ainsi, quand il se manifestera, nous aurons de l’assurance, et non pas la honte d’être loin de lui à son avènement. – Parole du Seigneur.

Psaume 97(98), 1, 2-3ab, 3cd-4

R/ La terre tout entière a vu
le salut de notre Dieu. (cf. 97, 3)

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles ;
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s’est assuré la victoire.

Le Seigneur a fait connaître sa victoire
et révélé sa justice aux nations ;
il s’est rappelé sa fidélité, son amour,
en faveur de la maison d’Israël.

La terre tout entière a vu
la victoire de notre Dieu.
Acclamez le Seigneur, terre entière,
sonnez, chantez, jouez !

Evangile – « C’est lui qui vient derrière moi » (Jn 1, 19-28) – Alléluia, Alléluia.
À bien des reprises, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes ; à la fin, en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils. Alléluia. (cf. He 1, 1-2) – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Voici le témoignage de Jean le Baptiste, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? » Il ne refusa pas de répondre, il déclara ouvertement : « Je ne suis pas le Christ. » Ils lui demandèrent : « Alors qu’en est-il ? Es-tu le prophète Élie ? » Il répondit : « Je ne le suis pas. – Es-tu le Prophète annoncé ? » Il répondit : « Non. » Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? »
Il répondit : « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. » Or, ils avaient été envoyés de la part des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question : « Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le Prophète ? » Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas ; c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale. » Cela s’est passé à Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où Jean baptisait. – Acclamons la Parole de Dieu.

Sous la plume de Jean, le verbe demeurer, qu’on traduit parfois aussi par habiter, prend une coloration particulière. Jean annonce déjà ses couleurs, si l’on peut dire, dans le prologue de son évangile lorsqu’il écrit: «Le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous. » (1, 14; traduction de la Bible de la liturgie, nous soulignons) Littéralement, il faudrait traduire: Dieu a planté sa tente parmi nous. En traduisant de façon imagée, on pourrait dire que la nativité, c’est Dieu qui vient faire du camping parmi nous. Ce mystère de l’incarnation découle de son nom: Jésus est l’Emmanuel, Dieu avec nous.

En utilisant le verbe demeurer (ou habiter), Jean fait allusion à ce que la langue hébraïque appelle la shekhina, c’est à-dire la tente qui abritait l’arche de l’Alliance dans le désert. Cette tente demeurait au milieu du peuple d’Israël et, lors des déplacements, on la démontait et la remontait dans le nouveau lieu. Cette présence divine était donc permanente. On appelait aussi cette tente le «Tabernacle». C’est le nom pour désigner la petite «tente» qui abrite le Pain de vie dans nos églises. Dieu se rend visible en Jésus qui demeure parmi nous pour que nous demeurions en lui. C’est ainsi que l’on pourrait définir le plan de salut. Demeurer dans le Fils et le Père, c’est acquérir sa permanence dans l’amour.

Seigneur, ton amour soit sur nous comme notre espoir est en toi!

NOTRE DIEU S´EST FAIT HOMME

1. Notre Dieu s´est fait homme pour que l´homme soit Dieu,
Mystère inépuisable, fontaine du Salut.
Quand Dieu dresse la table, Il convie ses amis,
Pour que sa vie divine soit aussi notre vie !

2. Le Seigneur nous convoque par le feu de l´Esprit
Au banquet de ses noces célébrées dans la joie.
Nous sommes son Église, l´Épouse qu´il choisit,
Pour vivre son alliance et partager sa vie.

3. Merveille des merveilles, miracle de ce jour !
Pour nous Dieu s´abandonne en cette Eucharistie.
Chassons toute indolence, le Christ est parmi nous,
Accueillons sa présence et offrons-nous à lui.

4. Dieu se fait nourriture pour demeurer en nous,
Il se fait vulnérable et nous attire à lui.
Mystère d´indigence d´un Dieu qui s´humilie
Pour que sa créature soit transformée en lui.

5. Il frappe à notre porte le Seigneur Tout-Puissant,
Il attend humble et pauvre, mendiant de notre amour.
Dénué d´arrogance, sous l´aspect de ce pain
Il se donne en offrande pour demeurer en nous.

6. Que nos cœurs reconnaissent en ce pain et ce vin
L´Unique nécessaire qui surpasse tout bien.
Ce que nos yeux contemplent, sans beauté ni éclat,
C´est l´Amour qui s´abaisse et nous élève à lui.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s