« Une pause par jour » – 15 mai 2020

A noter dans votre agenda => Eucharistie du 6ème dimanche de Pâques à regarder sur YouTube ou sur votre blog le dimanche 17 mai à partir de 6h. Merci beaucoup ! 🙂 
Première lecture – « L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent » (Ac 15, 22-31) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, les Apôtres et les Anciens décidèrent avec toute l’Église de choisir parmi eux des hommes qu’ils enverraient à Antioche avec Paul et Barnabé. C’étaient des hommes qui avaient de l’autorité parmi les frères : Jude, appelé aussi Barsabbas, et Silas. Voici ce qu’ils écrivirent de leur main : « Les Apôtres et les Anciens, vos frères, aux frères issus des nations, qui résident à Antioche, en Syrie et en Cilicie, salut ! Attendu que certains des nôtres, comme nous l’avons appris, sont allés, sans aucun mandat de notre part, tenir des propos qui ont jeté chez vous le trouble et le désarroi, nous avons pris la décision, à l’unanimité, de choisir des hommes que nous envoyons chez vous, avec nos frères bien-aimés Barnabé et Paul, eux qui ont fait don de leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus Christ. Nous vous envoyons donc Jude et Silas, qui vous confirmeront de vive voix ce qui suit : L’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé de ne pas faire peser sur vous d’autres obligations que celles-ci, qui s’imposent : vous abstenir des viandes offertes en sacrifice aux idoles, du sang, des viandes non saignées et des unions illégitimes. Vous agirez bien, si vous vous gardez de tout cela. Bon courage ! » On laissa donc partir les délégués, et ceux-ci descendirent alors à Antioche. Ayant réuni la multitude des disciples, ils remirent la lettre. À sa lecture, tous se réjouirent du réconfort qu’elle apportait. – Parole du Seigneur.

Psaume 56 (57), 8-9, 10-12

R/ Je te rendrai grâce parmi les peuples, Seigneur.
ou : Alléluia ! (56, 10a)

Mon cœur est prêt, mon Dieu,
mon cœur est prêt !
Je veux chanter, jouer des hymnes !
Éveille-toi, ma gloire !
Éveillez-vous, harpe, cithare,
que j’éveille l’aurore !

Je te rendrai grâce parmi les peuples, Seigneur,
et jouerai mes hymnes en tous pays.
Ton amour est plus grand que les cieux,
ta vérité, plus haute que les nues.
Dieu, lève-toi sur les cieux :
que ta gloire domine la terre !

Évangile – « Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres » (Jn 15, 12-17) – Alléluia. Alléluia. Je vous appelle mes amis, dit le Seigneur, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Alléluia. (Jn 15, 15b) – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Amis de Dieu

« C’est moi qui vous ai choisis pour que vous alliez et portiez du fruit.» Voilà qui nous remet dans un courant de vie et d’amour propre à vaincre toute morosité. Car, en Christ, notre Dieu s’est révélé ami des hommes (Tt 3, 4). Peut-être est-ce l’occasion de méditer sur ce que signifie et implique cette amitié offerte en Jésus, laquelle se révèle être le préalable indispensable à toute fécondité, dont celle de l’amour fraternel et de la transmission de la foi ? Jésus oppose ici l’« ami » au « serviteur » qui ignore les intentions de son maître. Autant dire que l’ami est mis dans la confidence, initié aux secrets de Dieu qui lui découvre son visage. Ce fut le cas d’Abraham (Is 41,8) et de Moïse (Ex 33, 11) prévenus des desseins de Dieu. Ce fut le cas de Jean Baptiste, l’ami de l’Époux, ou encore celui de l’Apôtre Jean qui reposa sur la poitrine de Jésus lors de la Cène, apprenant ainsi les « secrets du Verbe » (Augustin).

Mais si cette amitié se joue dans un cœur à cœur aimant qui libère la parole de Dieu et celle de l’homme, elle ne se confond pas avec un intimisme qui nous couperait de la vie et de nos semblables. De fait, si ce « demeurer » implique de goûter la douceur de l’amour de Dieu dans l’écoute et la prière, il requiert aussi la mise en œuvre effective du commandement de l’amour. Un chemin qui favorise l’unification intérieure (source de notre fécondité personnelle et ecclésiale), comme l’affirme Origène quand il écrit : « Toi qui suis le Christ…, toi qui vis dans la parole de Dieu…, toi qui t’exerces dans ses commandements, tu es toujours dans le sanctuaire… Peu importe que tu sois dans ta maison, sur le forum, au théâtre : si tu sers le Verbe de Dieu, tu es dans le sanctuaire, n’en aie aucun doute. » Un message à recevoir dans une joyeuse gratitude !

Prière de louange

Nous te rendons grâce, Seigneur Jésus,

De nous aimer autant que le Père t’a aimé.

Nous ne sommes pas n’importe qui à tes yeux,

Tu ne nous appelles plus serviteurs ;

Nous sommes pour toujours tes amis.

Nous te rendons grâce

Pour tant d’amour à notre égard.

Nous te rendons grâce, Seigneur,

Pour la joie que tu as mise en nous.

Qui plus est, tu veux qu’elle soit parfaite.

Tu es venu nous rencontrer, nous parler,

Nous révéler un Père plein de tendresse.

Tu veux, Seigneur,

Que nous nous aimions les uns les autres

Comme tu nous as aimés.

Nous te rendons grâce pour tant de prévenance

Et pour ta présence qui jamais ne s’éteindra.

Nous te rendons grâce, Seigneur,

Pour le lien d’amitié entre toi et l’humanité.

Nous te rendons grâce pour cette intimité

A laquelle nous sommes tous conviés

Et dont tu nous appelles à témoigner

Grâce à ton Esprit qui vit et règne avec nous.

Voici le plus grand amour, c’est de donner sa vie
Pour tous ceux que l’on aime et ceux que l’on bénit
Nous ne sommes fait que pour aimer

Aimer c’est tout donner, aimer c’est tout donner
Aimer c’est tout donner et se donner soi-même
Et redire à jamais de toute éternité
Aimer c’est tout donner
Et se donner soi-même, et se donner soi-même.

Sans amour à quoi bon vivre, et à quoi bon chanter?
Sans amour à quoi bon rire, et à quoi bon rêver?
Nous ne sommes fait que pour aimer

Aimer c’est tout donner, aimer c’est tout donner
Aimer c’est tout donner et se donner soi-même
Et redire à jamais de toute éternité
Aimer c’est tout donner
Et se donner soi-même, et se donner soi-même

Oui, nous ne sommes faits que pour aimer
C’est notre vie, c’est notre destinée
À quoi bon vivre et à quoi bon rêver?
Si l’amour venait à manquer

Aimer c’est tout donner

Aimer c’est tout donner, aimer c’est tout donner
Aimer c’est tout donner et se donner soi-même
Et redire à jamais de toute éternité
Aimer c’est tout donner
Et se donner soi-même, et se donner soi-même

Aimer c’est tout donner

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s