« Une pause par jour » – 28 décembre 2019

Les Saints Innocents, martyrs 

Première lecture – « Le sang de Jésus nous purifie de tout péché » (1 Jn 1, 5 – 2, 2) – Lecture de la première lettre de saint Jean

Bien-aimés, tel est le message que nous avons entendu de Jésus Christ et que nous vous annonçons : Dieu est lumière ; en lui, il n’y a pas de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, alors que nous marchons dans les ténèbres, nous sommes des menteurs, nous ne faisons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous. Si nous reconnaissons nos péchés, lui qui est fidèle et juste va jusqu’à pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice. Si nous disons que nous sommes sans péché, nous faisons de lui un menteur, et sa parole n’est pas en nous. Mes petits enfants, je vous écris cela pour que vous évitiez le péché. Mais si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père : Jésus Christ, le Juste. C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement les nôtres, mais encore ceux du monde entier. – Parole du Seigneur.

Psaume 123 (124), 2-3, 4-5, 6a.7cd-8

R/ Comme un oiseau, nous avons échappé
au filet du chasseur. (Ps 123, 7ab)

Sans le Seigneur qui était pour nous
quand des hommes nous assaillirent,
alors ils nous avalaient tout vivants,
dans le feu de leur colère.

Alors le flot passait sur nous,
le torrent nous submergeait ;
alors nous étions submergés
par les flots en furie.

Béni soit le Seigneur !
Le filet s’est rompu : nous avons échappé.
Notre secours est le nom du Seigneur
qui a fait le ciel et la terre.

Évangile – « Hérode envoya tuer tous les enfants de Bethléem » (Mt 2, 13-18) – Alléluia, Alléluia. À toi, Dieu, notre louange ! Toi, le Seigneur, nous t’acclamons toi, dont témoignent les martyrs. Alléluia. Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Après le départ des mages, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. » Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte, où il resta jusqu’à la mort d’Hérode, pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : D’Égypte, j’ai appelé mon fils. Alors Hérode, voyant que les mages s’étaient moqués de lui, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants jusqu’à l’âge de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d’après la date qu’il s’était fait préciser par les mages. Alors fut accomplie la parole prononcée par le prophète Jérémie : Un cri s’élève dans Rama, pleurs et longue plainte : c’est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas être consolée, car ils ne sont plus. – Acclamons la Parole de Dieu.

Le massacre des innocents

Mettons une chose au point: Rachel n’a jamais pleuré ses enfants. C’est plutôt Jacob et ses enfants qui l’ont pleurée. En effet, Rachel est décédée en donnant naissance à Benjamin, le frère de Joseph. Et alors? Jérémie utilise le nom de Rachel pour symboliser tout Israël. Regardons un peu le contexte historique. Jérémie a vécu au moment de l’exil à Babylone, en 587 av. J-C. C’est la catastrophe nationale, la totale! Non seulement l’arbre est coupé, mais les racines sont également brûlées.

Ce texte de Jérémie, cité par Matthieu, rappelle un grand malheur qui frappe les innocents de Bethléem. Tuer un enfant, c’est commettre un crime abominable. Le massacre des saints innocents déclenche une tristesse semblable à celle de l’exil. Jésus est à peine né, la lumière a à peine commencé à briller dans le monde, et voilà que les forces du mal se déchaînent avec une férocité impitoyable. « La lumière est venue dans le monde, mais les hommes préfèrent l’obscurité à la lumière » (Jean 3, 19). Les lendemains de Noël sont d’une violence insoutenable: avant-hier c’était la lapidation d’Étienne; aujourd’hui, c’est la tuerie des enfants de Bethléem. Comment expliquer de tels actes de violence autrement qu’en évoquant la peur? Hérode le Grand a peur. Il a entendu dire qu’à Bethléem venait de naître le futur «Roi des Juifs ». «C’est moi, le roi des Juifs », hurle-t-il dans son palais, selon Flavius Josèphe. Plus tôt, ce roi dément avait étranglé ses deux fils nés de Marianne, la juive. Ayant peur de perdre son trône, Hérode envoie ses sbires éliminer des innocents.

Prière d’un enfant à ses parents

J’aimerais être Félix, notre petit chat,
pour être comme lui pris dans vos bras
chaque fois que vous revenez à la maison…

J’aimerais parfois être un baladeur
pour me sentir écouté par vous deux,
sans aucune distinction,
n’ayant que mes paroles au bout des oreilles,
fredonnant l’écho de ma solitude…

J’aimerais être un journal,
pour que vous preniez le temps à chaque jour
de me demander de mes nouvelles.

J’aimerais être une télévision
pour ne jamais m’endormir le soir

sans avoir été, au moins une fois
regardé avec intérêt…

J’aimerais être une équipe de hockey
pour toi papa, afin de te voir t’exciter de joie
après chacune de mes victoires et
un roman pour toi maman,
afin que tu puisses lire mes émotions…

A bien y penser j’aimerais n’être qu’une chose :
un cadeau inestimable pour vous deux.
Ne m’achetez rien pour ma fête,
permettez-moi seulement de sentir
que JE SUIS VOTRE ENFANT.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s