« Jésus, le premier immigré »

Jacques Delcourt, diacre permanent signe, à quelques jours de Noël, cet édito. Des drames d’aujourd’hui, écrits dans un style d’aujourd’hui. Des drames qui nous font encore penser à d’autres qui se sont déroulés il y a plus de 2000 ans: la fuite en Egypte, le massacre des innocents et bien sûr la naissance, rejeté de tous, de l’Enfant Jésus. Sainte fête de Noël à tous.

Il est deux heures du matin. Le smartphone retentit.
« Allo, oui… », murmure Adam d’une voix ensommeillée.
« Fais vite tes bagages, prends le moins possible. Ils arrivent! Ils viennent nous tuer! Vite. Tu le sais: Hérode ne nous supporte pas, nous, les Malépiens. »
« Ça ne finirait donc jamais. Le mois dernier déjà, j’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats (Is 50,5) de ces fous. Et maintenant, la mort !? Ok, j’ai compris, je m’en vais. C’en est trop. Je pars en Mitsrayim. »
Adam réveille Maryam, sa douce, et le petit, Issa, le bébé de leur bonheur.
C’est la terreur! Maryam tremble. Issa n’arrête pas de hurler.
Avec leur maigre bagage, ils fuient les milices d’Hérode qui sont réputées pour leurs exactions: pillages, vandalismes, meurtres, viols…
Notre petite famille veut donner une chance à la vie en partant loin de chez eux, loin des amis, loin de la famille, loin de leurs habitudes, loin de leurs repères.
Mitsrayim, c’est au bout du monde. Comment y aller? Ils font du stop! C’est dangereux mais que faire?
Personne ne les charge. Personne.
Ah! Un camion s’arrête! Chouette! « Vous allez vers l’Occident? » demande le chauffeur faussement sympathique. « Vous me donnez 5.000 Écus (le salaire d’une année) et vous montez. »
Adam se résigne de mauvaise foi mais que faire d’autre? Il avait emporté sa « fortune » et le voilà à la donner à ce passeur qui lui ouvre la porte arrière du véhicule. Oh! Il y a déjà 15 hommes, 7 femmes et plusieurs enfants. L’air est rempli de miasmes nauséabonds. Beurk. Les gens sont hagards, éreintés. Une petite place, là et c’est parti. Noir. Silence.
Le trajet est long! Pas d’eau, pas de nourriture et si peu d’air. L’enfer prend le visage de ces « passagers ».
Après un temps infini, les voilà jetés le long de la Mare Nostrum qu’il faut traverser pour atteindre l’Eldorado.
Adam reçoit un sms de son ami resté au village: de fait, les sbires d’Hérode sont venus torturer, tuer tous les Malépiens. Un vrai carnage.
Tous ceux du camion sont sur la plage. Un homme veut bien les emmener à condition de payer. Encore payer.
Ils embarquent sur un rafiot, trop petit. Ils sont trop nombreux mais tant pis. La liberté est de l’autre côté. Noir, nuit. Silence.
« Lumières en vue! » Ouf, le rivage approche. Pas de chance, l’excitation des « passagers » fait que la barquette tangue dangereusement et voilà 10 personnes qui passent par-dessus bord. Leurs corps, apprendra-t-on, seront retrouvés sur la plage toute proche.
Adam, Maryam et Issa pensent avoir de la chance: ils sont toujours là! Ils arrivent sur la terre ferme et se mettent à la recherche d’un logement, de nourriture. Ils ont beau frapper à toutes les portes: ils n’y a pas de places pour eux « dans les salles d’hôtes ». Ils rencontrent deux SDF qui vivent sous le pont là-bas. Ils partagent ce qu’ils ont trouvé dans les poubelles du super marché. Et placent Issa qui dort, dans la vieille baignoire trouvée la veille. C’est Noël.

Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé n’est pas fortuite.
JD

Editorial Info diocèse de Namur – 17 décembre 2019

2 réflexions sur “« Jésus, le premier immigré »

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s