« Une pause par jour » – 28 juin 2019

Première lecture – « C’est moi qui ferai paître mon troupeau, et c’est moi qui le ferai reposer » (Ez 34, 11-16) – Lecture du livre du prophète Ézékiel

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que moi-même, je m’occuperai de mes brebis, et je veillerai sur elles. Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de nuages et de sombres nuées. Je les ferai sortir d’entre les peuples, je les rassemblerai des différents pays et je les ramènerai sur leur terre ; je les ferai paître sur les montagnes d’Israël, dans les vallées, dans les endroits les meilleurs. Je les ferai paître dans un bon pâturage, et leurs prairies seront sur les hauteurs d’Israël. Là, mes brebis se reposeront dans de belles prairies, elles brouteront dans de gras pâturages, sur les monts d’Israël. C’est moi qui ferai paître mon troupeau, et c’est moi qui le ferai reposer, – oracle du Seigneur Dieu. La brebis perdue, je la chercherai ; l’égarée, je la ramènerai. Celle qui est blessée, je la panserai. Celle qui est malade, je lui rendrai des forces. Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je la ferai paître selon le droit. – Parole du Seigneur.

Psaume 22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6

R/ Le Seigneur est mon berger :
rien ne saurait me manquer. (cf. Ps 22, 1)

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi,
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

Deuxième lecture – « La preuve que Dieu nous aime » (Rm 5, 5b-11) – Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné. Alors que nous n’étions encore capables de rien, le Christ, au temps fixé par Dieu, est mort pour les impies que nous étions. Accepter de mourir pour un homme juste, c’est déjà difficile ; peut-être quelqu’un s’exposerait-il à mourir pour un homme de bien. Or, la preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ est mort pour nous, alors que nous étions encore pécheurs. À plus forte raison, maintenant que le sang du Christ nous a fait devenir des justes, serons-nous sauvés par lui de la colère de Dieu. En effet, si nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils alors que nous étions ses ennemis, à plus forte raison, maintenant que nous sommes réconciliés, serons-nous sauvés en ayant part à sa vie. Bien plus, nous mettons notre fierté en Dieu, par notre Seigneur Jésus Christ, par qui, maintenant, nous avons reçu la réconciliation. – Parole du Seigneur.

Évangile – « Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis qui était perdue » (Lc 15, 3-7) – Alléluia. Alléluia. Je suis le bon Pasteur, dit le Seigneur ; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent. Alléluia. (Jn 10, 14) – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, s’adressant aux pharisiens et aux scribes, Jésus disait cette parabole : « Si l’un de vous a cent brebis et qu’il en perd une, n’abandonne-t-il pas les 99 autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ? Quand il l’a retrouvée, il la prend sur ses épaules, tout joyeux, et, de retour chez lui, il rassemble ses amis et ses voisins pour leur dire : ‘Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !’ Je vous le dis : C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour 99 justes qui n’ont pas besoin de conversion. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Une dévotion d’amour

Le cœur de Jésus déverse son amour sur nous. Il est venu dans le monde pour nous aimer plus que n’importe qui. Il parcourt de longues distances pour nous faire revenir à lui. Jésus se compare à un berger, un travailleur modeste qui se met au service du troupeau. Le Christ, le Bon Berger, donne sa vie pour ses brebis. Le Père veut que ses moutons soient en sécurité, qu’ils prospèrent, qu’ils se développent et qu’ils soient forts. Il n’y a rien qui rende le berger plus heureux que de donner sa vie pour ses brebis.

Nous fêtons aujourd’hui notre berger et son amour pour nous. Il nous a aimés d’un amour éternel qui vient de son cœur divin mais également d’un cœur humain comme le nôtre. Le Christ est près de nous en tant que berger. Il n’est pas resté à distance mais a voulu descendre dans notre « désert » pour nous sauver quand nous nous sommes perdus. Il n’a pas voulu vivre dans le luxe mais il s’est contenté de vivre comme l’un de nous. La fête du Sacré Cœur célèbre cette proximité d’un amour divin devenu humain. Jésus est vrai homme et vrai Dieu. Il est notre Seigneur et notre frère.

Jésus veut placer chacun de nous sur ses épaules et nous ramener au Père. Il ne nous force pas mais il nous suit jusqu’à ce que nous soyons prêts à nous rendre à lui. La dévotion au Sacré Cœur est une dévotion d’amour. Nous voyons un cœur qui a tant aimé le monde tout en recevant tellement peu d’amour en retour, que nous désirons nous donner à lui de plus en plus. Nous sommes attristés par le peu de réponse qu’il reçoit en échange de son amour sans conditions. Le Christ nous invite à l’aider à ramener ses moutons égarés. Nous pouvons les appeler et leur faire savoir qu’il les recherche. (catholique.org)

Prière

Seigneur, tu as laissé ton cœur être transpercé pour moi sur la croix comme signe de la perfection de ton amour. Que ce sacrifice ne se soit pas fait en vain. Inspire-moi un amour profond et brûlant qu’aucune infidélité ou aucun péché ne déprécie mon amour pour toi. Permets-moi de t’accompagner dans ta mission en ramenant les brebis égarées. Fais de moi un ambassadeur de ta grâce et de ta miséricorde. Que d’autres viennent à connaître ton amour en voyant ce même amour se refléter en moi.

Neuvaine irrésistible au Sacré-Coeur de Jésus

Ô mon Jésus, qui avez dit : « En vérité Je vous le dis, demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira », voici que je frappe à Votre porte, que je cherche et demande la grâce de…

Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père.

Coeur Sacré de Jésus, j’ai confiance et j’espère en Vous.

Ô mon Jésus, qui avez dit : « En vérité Je vous le dis, tout ce que vous demanderez à Mon Père, en Mon Nom, Il vous l’accordera », voici que je demande à Votre Père, en Votre Nom, la grâce de…

Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père.

Coeur Sacré de Jésus, j’ai confiance et j’espère en Vous.

Ô mon Jésus, qui avez dit : « En vérité Je vous le dis, le Ciel et la Terre passeront mais Mes paroles ne passeront pas », voici que, m’appuyant sur l’infaillibilité de Vos saintes paroles, je vous demande la grâce de…

Notre Père, Je vous salue Marie, Gloire au Père.

Coeur Sacré de Jésus, j’ai confiance et j’espère en Vous.

Oraison

Ô Cœur Sacré de Jésus, à qui il est impossible de ne pas avoir compassion des malheureux, ayez pitié de nous, pauvres pécheurs, et concédez-nous la grâce que nous Vous demandons, par l’intercession du Cœur Immaculé de Votre et notre tendre Mère.

Saint Joseph, Père adoptif du Sacré-Coeur de Jésus, priez pour nous.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s