« Une pause par jour » – 2 mai 2019

Première lecture – « Nous sommes les témoins de tout cela, avec l’Esprit Saint » (Ac 5, 27-33) – Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, le commandant du Temple et son escorte, ayant amené les Apôtres, les présentèrent au Conseil suprême, et le grand prêtre les interrogea : « Nous vous avions formellement interdit d’enseigner au nom de celui-là, et voilà que vous remplissez Jérusalem de votre enseignement. Vous voulez donc faire retomber sur nous le sang de cet homme ! » En réponse, Pierre et les Apôtres déclarèrent : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous aviez exécuté en le suspendant au bois du supplice. C’est lui que Dieu, par sa main droite, a élevé, en faisant de lui le Prince et le Sauveur, pour accorder à Israël la conversion et le pardon des péchés. Quant à nous, nous sommes les témoins de tout cela, avec l’Esprit Saint, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent. » Ceux qui les avaient entendus étaient exaspérés et projetaient de les supprimer. – Parole du Seigneur.

Psaume 33 (34), 2.9, 17-18, 19-20

R/ Un pauvre crie ;
le Seigneur entend.
ou : Alléluia ! (33, 7a)

Je bénirai le Seigneur en tout temps,
sa louange sans cesse à mes lèvres.
Goûtez et voyez : le Seigneur est bon !
Heureux qui trouve en lui son refuge !

Le Seigneur affronte les méchants
pour effacer de la terre leur mémoire.
Le Seigneur entend ceux qui l’appellent :
de toutes leurs angoisses, il les délivre.

Il est proche du cœur brisé,
il sauve l’esprit abattu.
Malheur sur malheur pour le juste,
mais le Seigneur chaque fois le délivre.

Évangile – « Le Père aime le Fils et il a tout remis dans sa main » (Jn 3, 31-36) – Alléluia. Alléluia. Thomas, parce que tu m’as vu tu crois, dit le Seigneur. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. Alléluia. (Jn 20, 29) – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

« Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous. Celui qui est de la terre est terrestre, et il parle de façon terrestre. Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous, il témoigne de ce qu’il a vu et entendu, et personne ne reçoit son témoignage. Mais celui qui reçoit son témoignage certifie par là que Dieu est vrai. En effet, celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, car Dieu lui donne l’Esprit sans mesure. Le Père aime le Fils et il a tout remis dans sa main. Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui refuse de croire le Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. » – Acclamons la Parole de Dieu.

L’Esprit sans mesure.

La résurrection de Jésus est une nouvelle qui dépasse tout ce qui peut être imaginé. C’est pourquoi les Apôtres l’annoncent avec force malgré les interdictions des autorités religieuses. Ils comprennent que toute l’histoire d’Israël était une préparation pour la venue de Jésus, le Fils de Dieu, comme Messie. Et par sa résurrection, le Christ, élevé par le Père, est établi comme «le Prince et le Sauveur, pour accorder à Israël la conversion et le pardon des péchés». Ce salut apporté par Jésus ressuscité s’étend à toute l’humanité. Et c’est l’Esprit Saint qui permet aux Apôtres et à nous aussi de comprendre et de vivre le merveilleux dessein de Dieu. Par notre baptême, nous goûtons déjà les prémices de la résurrection.

D’après la lecture évangélique, Jésus est «celui qui vient d’en haut»; il est l’envoyé du Père pour accomplir l’œuvre divine du salut. Jésus révèle par toute sa vie et ses paroles le projet bienveillant de Dieu qui fonde notre foi et notre espérance. Jésus a reçu l’Esprit sans mesure pour qu’il puisse accomplir sa mission. Et nous le recevons aussi pour que nous puissions comprendre l’œuvre salvifique du Seigneur, en témoigner et y participer. «Celui qui croit au Fils a la vie éternelle»: voilà une source de motivation pour les Apôtres et pour nous, aujourd’hui, qui sommes appelés à témoigner malgré les difficultés. Pour tant de merveilles, remercions le Seigneur: «Je bénirai le Seigneur en tout temps, sa louange sans cesse à mes lèvres», chante le psaume.

Prière                         

Oh, que j’ai peur de la lumière, Seigneur.

Que j’ai peur d’y venir tant je crains de me voir sale.

Je ne suis pas digne de ta lumière. Ça, non.

Mais je sais aussi que tu n’avais pas besoin de te retrouver sur une croix.

Que c’est pour moi que tu l’as fait.

Que je ne serai jamais à la hauteur de tout cela.

Et je sais aussi… que tu le sais bien.

C’est donc que tu y tiens, à m’habiller de ta lumière.

Et quand on s’est habitué à l’obscurité, il n’y a que l’amour qui peut donner

le goût de la lumière.

Alors… c’est donc que tu m’aimes d’amour, Seigneur?

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s