« Une pause par jour » – 1er mars 2019

Première lecture – « Un ami fidèle n’a pas de prix » (Si 6, 5-17) – Lecture du livre de Ben Sira le Sage

La parole agréable attire de nombreux amis, le langage aimable attire de nombreuses gentillesses. De bonnes relations, tu peux en avoir avec beaucoup de monde ; mais des conseillers ? n’en choisis qu’un seul entre mille ! Si tu veux acquérir un ami, acquiers-le en le mettant à l’épreuve ; n’aie pas trop vite confiance en lui. Il y a celui qui est ton ami quand cela lui convient, mais qui ne reste pas avec toi au jour de ta détresse. Il y a celui qui d’ami se transforme en ennemi, et qui va divulguer, pour ta confusion, ce qui l’oppose à toi. Il y a celui qui est ton ami pour partager tes repas, mais qui ne reste pas avec toi au jour de ta détresse. Quand tout va bien pour toi, il est comme un autre toi-même et commande avec assurance à tes domestiques ; mais si tu deviens pauvre, il est contre toi, et il se cache pour t’éviter. Tes ennemis, tiens-les à distance ; avec tes amis, sois sur tes gardes. Un ami fidèle, c’est un refuge assuré, celui qui le trouve a trouvé un trésor. Un ami fidèle n’a pas de prix, sa valeur est inestimable. Un ami fidèle est un élixir de vie que découvriront ceux qui craignent le Seigneur. Celui qui craint le Seigneur choisit bien ses amis, car son compagnon lui ressemblera. – Parole du Seigneur.

Psaume 118 (119), 12.16, 18.27, 34-35

R/ Guide-moi, Seigneur,
sur la voie de tes volontés. (Ps 118, 35a)

Toi, Seigneur, tu es béni :
apprends-moi tes commandements.
Je trouve en tes commandements mon plaisir,
je n’oublie pas ta parole.

Ouvre mes yeux,
que je contemple les merveilles de ta loi.
Montre-moi la voie de tes préceptes,
que je médite sur tes merveilles.

Montre-moi comment garder ta loi,
que je l’observe de tout cœur.
Guide-moi sur la voie de tes volontés,
là, je me plais.

Évangile – « Ce que Dieu a uni, que personne ne le sépare ! » (Mc 10, 1-12) – Alléluia. Alléluia. Ta parole, Seigneur, est vérité ; dans cette vérité, sanctifie-nous. Alléluia. (cf. Jn 17, 17ba) – Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus arriva dans le territoire de la Judée, au-delà du Jourdain. De nouveau, des foules s’assemblèrent près de lui, et de nouveau, comme d’habitude, il les enseignait. Des pharisiens l’abordèrent et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? » Jésus leur répondit :
« Que vous a prescrit Moïse ? » Ils lui dirent : « Moïse a permis de renvoyer sa femme à condition d’établir un acte de répudiation. » Jésus répliqua : « C’est en raison de la dureté de vos cœurs qu’il a formulé pour vous cette règle. Mais, au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme. À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare ! » De retour à la maison, les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question. Il leur déclara : « Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre devient adultère envers elle. Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre, elle devient adultère. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Pessimisme

Les questions imposées par la vie sont graves et demeurent parfois sans réponses. Mais si rien ne sert à rien, si les humains n’inventent rien, si tout est perdu avant même de commencer, si la mort garde la victoire finale, si l’amour est flétri de toutes façons, si le don de soi est une illusion… pourquoi Dieu aurait-il créé les humains ? Dieu n’a-t-il pas créé les humains afin qu’ils réussissent leurs projets et leur vie ?  Pourquoi le Christ serait-il mort et ressuscité si les humains demeuraient prisonniers du mal ? A quoi serviraient les capacités déposées en l’humanité ? Dieu aurait-il menti en promettant la beauté pour tous ? Le pessimisme systématique est un manque de confiance en Dieu, en soi-même et en les autres. Peut-être les pessimistes cherchent-ils seulement à excuser à l’avance leurs échecs ou leur manque d’enthousiasme et leur absence sur tous les chantiers où les humains essaient de construire une terre de frères et sœurs à l’image et à la ressemblance de Dieu…

Choix

Avec toi, Seigneur,
je choisis la folle sagesse !

Je choisis la pauvreté
qui allège le cœur
des lourds désirs de possession.

Je choisis la miséricorde
qui accourt sans tarder
aux cris de misère.

Je choisis la douceur
qui, obstinée, résiste à la haine

et gagne sans violence.

Je choisis l’espérance
qui chante comme une aurore

face aux tombeaux de mort.

Je choisis la pureté
qui pose son cristal
dans les troubles eaux du mensonge.

Je choisis la justice
qui prend des coups
en s’opposant aux puissances
qui cherchent à rabaisser les humains.

Je choisis la paix qui poursuit
les bourreaux et les oppresseurs
pour les forcer à reconnaître
l’intégrale liberté
de tous les enfants de la terre.

Je choisis la vie
brisée et donnée
comme un pain
aux affamés quotidiens.

Mon choix est fait, Seigneur:
je prends le risque avec toi.

Je vais tout perdre

mais je choisis l’Evangile !

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s