« Une pause par jour » – 22 janvier 2019

Première lecture – « Cette espérance, nous la tenons comme une ancre sûre et solide » (He 6, 10-20) – Lecture de la lettre aux Hébreux

Frères, Dieu n’est pas injuste : il n’oublie pas votre action ni l’amour que vous avez manifesté à son égard, en vous mettant au service des fidèles et en vous y tenant. Notre désir est que chacun d’entre vous manifeste le même empressement jusqu’à la fin, pour que votre espérance se réalise pleinement ; ne devenez pas paresseux, imitez plutôt ceux qui, par la foi et la persévérance, obtiennent l’héritage promis. Quand Dieu fit la promesse à Abraham, comme il ne pouvait prêter serment par quelqu’un de plus grand que lui, il prêta serment par lui- même, et il dit : Je te comblerai de bénédictions et je multiplierai ta descendance. Et ainsi, par sa persévérance, Abraham a obtenu ce que Dieu lui avait promis. Les hommes prêtent serment par un plus grand qu’eux, et le serment est entre eux une garantie qui met fin à toute discussion ; Dieu a donc pris le moyen du serment quand il a voulu montrer aux héritiers de la promesse, de manière encore plus claire, que sa décision était irrévocable. Dieu s’est ainsi engagé doublement de façon irrévocable, et il est impossible que Dieu ait menti. Cela nous encourage fortement, nous qui avons cherché refuge dans l’espérance qui nous était proposée et que nous avons saisie. Cette espérance, nous la tenons comme une ancre sûre et solide pour l’âme ; elle entre au-delà du rideau, dans le Sanctuaire où Jésus est entré pour nous en précurseur, lui qui est devenu grand prêtre de l’ordre de Melkisédek pour l’éternité. – Parole du Seigneur.

Psaume 110 (111), 1-2, 4-5, 9.10c

R/ Le Seigneur garde toujours
mémoire de son alliance.
ou : Alléluia ! (cf. 110, 5b)

De tout cœur je rendrai grâce au Seigneur
dans l’assemblée, parmi les justes.
Grandes sont les œuvres du Seigneur ;
tous ceux qui les aiment s’en instruisent.

De ses merveilles il a laissé un mémorial ;
le Seigneur est tendresse et pitié.
Il a donné des vivres à ses fidèles,
gardant toujours mémoire de son alliance.

Il apporte la délivrance à son peuple ;
son alliance est promulguée pour toujours :
saint et redoutable est son nom.
À jamais se maintiendra sa louange.

Évangile – « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat » (Mc 2, 23-28) – Alléluia. Alléluia. Que le Père de notre Seigneur Jésus Christ ouvre à sa lumière les yeux de notre cœur, pour que nous percevions l’espérance que donne son appel. Alléluia. (cf. Ep 1, 17-18) – Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Un jour de sabbat, Jésus marchait à travers les champs de blé ; et ses disciples, chemin faisant, se mirent à arracher des épis. Les pharisiens lui disaient : « Regarde ce qu’ils font le jour du sabbat ! Cela n’est pas permis. » Et Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu ce que fit David, lorsqu’il fut dans le besoin et qu’il eut faim, lui-même et ceux qui l’accompagnaient ? Au temps du grand prêtre Abiatar, il entra dans la maison de Dieu et mangea les pains de l’offrande que nul n’a le droit de manger, sinon les prêtres, et il en donna aussi à ceux qui l’accompagnaient. » Il leur disait encore : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat. Voilà pourquoi le Fils de l’homme est maître, même du sabbat. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Vers Dieu et vers les autres

Ce pourrait être l’histoire à l’envers du bon samaritain.  Un dimanche matin, un couple se hâte vers l’église car la messe va commencer.  Sur la place gît un homme blessé qui saigne abondamment. «Au secours!» gémit-il.  Le couple de répondre: «Courage!  Nous avons nos priorités.  Dans une heure, nous aurons eu notre » messe et nous prendrons soin de toi.  Tiens bon! »

C’est exagéré, bien sûr, caricatural, un rien provocateur.  Pas plus que les débats qui opposent Jésus à quelques pharisiens de sa suite.  Ceux-ci crient au scandale parce que les disciples ramassent des épis ou parce que Jésus guérit un infirme le jour du sabbat.  Pour eux, les lois et les pratiques sont au-dessus de tout, quand elles sont d’abord des moyens et des aides.

Jésus remet les choses en place: Au dessus de tout, il y a Dieu et, par choix gratuit de Dieu, l’homme, son enfant, créé à son image, appelé à partager sa vie. Le sabbat a été fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat.  Loin de nier ou de contourner la Loi, ces mots lui sont entièrement fidèles.  La Loi, même déclinée en de multiples règles concrètes, n’a d’autre but que de faciliter la route de l’homme en marche vers Dieu et le service de ses frères.  Vers Dieu et vers les frères, c’est le même chemin.

Ne faisons pas de l’Évangile un amas de règles alors qu’il est souffle de vie et lumière éclatante.  Aimons et appliquons la Loi: elle est tout entière au service de la charité.

Prière

Seigneur Jésus, tu nous a dit : « je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». Ne regarde pas nos tiédeurs et nos manques d’amour, mais plutôt notre volonté de voir en l’autre un frère à aimer ; fais de nous des artisans de ta paix, toi qui es vivant pour les siècles des siècles. Amen !

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s