« Une pause par jour » – 29 novembre 2018

Première lecture – « Elle est tombée, Babylone la Grande ! » (Ap 18, 1-2.21-23 ; 19, 1-3.9a) – Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Moi, Jean, j’ai vu descendre du ciel un autre ange, ayant un grand pouvoir, et la terre fut illuminée de sa gloire. Il s’écria d’une voix puissante : « Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la Grande ! La voilà devenue tanière de démons, repaire de tous les esprits impurs, repaire de tous les oiseaux impurs, repaire de toutes les bêtes impures et répugnantes ! Alors un ange plein de force prit une pierre pareille à une grande meule, et la précipita dans la mer, en disant : « Ainsi, d’un coup, sera précipitée Babylone, la grande ville, on ne la retrouvera jamais plus. La voix des joueurs de cithares et des musiciens, des joueurs de flûte et de trompette, chez toi ne s’entendra jamais plus. Aucun artisan d’aucun métier chez toi ne se trouvera jamais plus, et la voix de la meule chez toi ne s’entendra jamais plus. La lumière de la lampe chez toi ne brillera jamais plus. La voix du jeune époux et de son épouse chez toi ne s’entendra jamais plus. Pourtant, tes marchands étaient les magnats de la terre, et tes sortilèges égaraient toutes les nations ! » Après cela, j’entendis comme la voix forte d’une foule immense dans le ciel, qui proclamait : « Alléluia ! Le salut, la gloire, la puissance à notre Dieu. Ils sont vrais, ils sont justes, ses jugements. Il a jugé la grande prostituée qui corrompait la terre par sa prostitution ; il a réclamé justice du sang de ses serviteurs, qu’elle a versé de sa main. » Et la foule reprit : « Alléluia ! La fumée de l’incendie s’élève pour les siècles des siècles. » Puis l’ange me dit : « Écris : Heureux les invités au repas des noces de l’Agneau ! » – Parole du Seigneur.

Psaume 99 (100), 1-2, 3, 4, 5

R/ Heureux les invités
au repas des noces de l’Agneau ! (Ap 19, 9a)

Acclamez le Seigneur, terre entière,
servez le Seigneur dans l’allégresse,
venez à lui avec des chants de joie !

Reconnaissez que le Seigneur est Dieu :
il nous a faits, et nous sommes à lui,
nous, son peuple, son troupeau.

Venez dans sa maison lui rendre grâce,
dans sa demeure chanter ses louanges ;
rendez-lui grâce et bénissez son nom !

Oui, le Seigneur est bon,
éternel est son amour,
sa fidélité demeure d’âge en âge.

Évangile – « Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens, jusqu’à ce que leur temps soit accompli » (Lc 21, 20-28) – Alléluia. Alléluia.  Redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. Alléluia. (Lc 21, 28) – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand vous verrez Jérusalem encerclée par des armées, alors sachez que sa dévastation approche. Alors, ceux qui seront en Judée, qu’ils s’enfuient dans les montagnes ; ceux qui seront à l’intérieur de la ville, qu’ils s’en éloignent ; ceux qui seront à la campagne, qu’ils ne rentrent pas en ville, car ce seront des jours où justice sera faite pour que soit accomplie toute l’Écriture. Quel malheur pour les femmes qui seront enceintes et celles qui allaiteront en ces jours-là, car il y aura un grand désarroi dans le pays, une grande colère contre ce peuple. Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, ils seront emmenés en captivité dans toutes les nations ; Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens, jusqu’à ce que leur temps soit accompli. Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots. Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire. Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire – Germes de décadence (Apocalypse 18, 1-2. 21-23 ; 19, 1-3. 9a)

Babylone symbolise l’idolâtrie qui allie au culte païen une sorte de culte à soi-même et à ses réussites (commerciales, entre autres) avec ce que cela implique comme manque d’attention aux plus petits, violence pour atteindre ses objectifs… L’Apocalypse témoigne de cette conviction profonde : un monde qui fonctionne de la sorte porte en lui les germes de sa propre perte. C’est cette défaite et la victoire des forces de vie générées par la résurrection du Christ que chante la liturgie.

Soeur Emmanuelle Billoteau, ermite bénédictine

Clé de lecture – « Babylone la grande » (Apocalypse 18, 2)

Trois femmes apparaissent dans l’Apocalypse, trois figures de l’humanité : la mère du Messie, que Dieu protège jusqu’à la défaite de l’Adversaire ; la grande prostituée – Babylone ou Rome -, et enfin l’épouse du Christ- la cité qui vient du ciel. La figure terrible de la grande prostituée évoque à la fois la puissance des empires et leur effondrement ; au delà des terribles perspectives de destruction, on sent une certaine tristesse de l’auteur : tant de grandeurs, tant d’intelligence et de beauté, en vain ! Car la violence ronge les empires et aucun d’eux ne tiendra. Alors paraît l’étonnante image des « noces de l’Agneau », comme un banquet céleste où l’humanité est invitée à une véritable re-création, grâce à celui qui a subi et vaincu la mort.

Roselyne Dupont-Roc, bibliste

Invitation

En cette période où les jours sont plus courts, je rends grâce pour la nuit qui me fait espérer la lumière du matin et m’invite au recueillement.

Revue « Prions en église » – novembre 2018 – pages 202 et 201

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s