« Une pause par jour » – 25 novembre 2018

Première lecture – « Sa domination est une domination éternelle » (Dn 7, 13-14) – Lecture du livre du prophète Daniel

Moi, Daniel, je regardais, au cours des visions de la nuit, et je voyais venir, avec les nuées du ciel, comme un Fils d’homme ; il parvint jusqu’au Vieillard, et on le fit avancer devant lui. Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite. – Parole du Seigneur.

Psaume 92 (93), 1abc, 1d-2, 5)

R/ Le Seigneur est roi ;
il s’est vêtu de magnificence. (Ps 92, 1ab)

Le Seigneur est roi ;
il s’est vêtu de magnificence,
le Seigneur a revêtu sa force.

Et la terre tient bon, inébranlable ;
dès l’origine ton trône tient bon,
depuis toujours, tu es.

Tes volontés sont vraiment immuables :
la sainteté emplit ta maison,
Seigneur, pour la suite des temps.

Deuxième lecture – « Le prince des rois de la terre a fait de nous un royaume et des prêtres pour son Dieu » (Ap 1, 5-8) – Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

À vous, la grâce et la paix, de la part de Jésus Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, le prince des rois de la terre. À lui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, qui a fait de nous un royaume et des prêtres pour son Dieu et Père, à lui, la gloire et la souveraineté pour les siècles des siècles. Amen. Voici qu’il vient avec les nuées, tout œil le verra, ils le verront, ceux qui l’ont transpercé ; et sur lui se lamenteront toutes les tribus de la terre. Oui ! Amen ! Moi, je suis l’Alpha et l’Oméga, dit le Seigneur Dieu, Celui qui est, qui était et qui vient, le Souverain de l’univers. – Parole du Seigneur.

Évangile – « C’est toi-même qui dis que je suis roi » (Jn 18, 33b-37) – Alléluia. Alléluia. Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Béni soit le Règne qui vient, celui de David, notre père. Alléluia. (Mc 11, 9b-10a) – Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Pilate appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? » Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? » Pilate répondit : « Est-ce que je suis juif, moi ? Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? » Jésus déclara : « Ma royauté n’est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. En fait, ma royauté n’est pas d’ici. » Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? » Jésus répondit : « C’est toi-même qui dis que je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix. » – Acclamons la Parole de Dieu.

Es-tu le roi des Juifs ?

Présenté comme un homme dangereux pour les Romains et pour les Juifs, Jésus, défiguré, dépouillé de tout et sans défense, se voit contraint à dialoguer avec Pilate. Au coeur de ce dialogue pour le moins étrange, figure une question posée par Pilate : « Es-tu le roi des Juifs ? » Toute la suite du texte nous dit que pour comprendre la réponse de Jésus, il faut s’ouvrir à Jésus lui-même qui, par sa vie et sa personne, est la vérité même. Chez saint Jean, la vérité est porteuse d’une grande valeur. L’essentiel de la mission de Jésus est centré sur la vérité. « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie », dira Jésus. Et quand il sera crucifié, un écriteau le désignera comme le roi des Juifs. Roi, mais pas comme les autres. Né dans une crèche, il n’habitera pas dans un palais et c’est sur le dos d’un âne qu’il incarnera sa royauté. Il sera un roi serviteur qui n’aura d’autre loi que l’amour et pas un autre tribunal que la voix de la conscience. Sa devise : « Venu, non pas pour être servir mais pour servir. » En fait, à travers la fête du Christ Roi de l’univers, l’Eglise fait signe au monde et à chacun d’entre nous sur l’exercice du pouvoir. Qu’il soit politique ou religieux, la vérité du pouvoir et de la royauté réside dans l’accomplissement d’une responsabilité reçue et dans le devoir du service. Au demeurant, par le baptême, chaque chrétien participe à la mission du Christ prêtre, prophète et roi. Pour répondre à cette identité, nous voici provoqués à être serviteurs de tous, à prendre soin des pauvres et des faibles, à être justes et miséricordieux.

Revue « Prions en église » – novembre 2018 – pages 180 et 181

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s