« Une pause par jour » – 11 août 2017

18ème semaine du temps ordinaire – Livre du Deutéronome 4,32-40

Moïse disait au peuple d’Israël : « Interroge donc les temps anciens qui t’ont précédé, depuis le jour où Dieu créa l’homme sur la terre : d’un bout du monde à l’autre, est-il arrivé quelque chose d’aussi grand, a-t-on jamais connu rien de pareil ? Est-il un peuple qui ait entendu comme toi la voix de Dieu parlant du milieu du feu, et qui soit resté en vie ? Est-il un dieu qui ait entrepris de se choisir une nation, de venir la prendre au milieu d’une autre, à travers des épreuves, des signes, des prodiges et des combats, à main forte et à bras étendu, et par des exploits terrifiants – comme tu as vu le Seigneur ton Dieu le faire pour toi en Égypte ? Il t’a été donné de voir tout cela pour que tu saches que c’est le Seigneur qui est Dieu, il n’y en a pas d’autre. Du haut du ciel, il t’a fait entendre sa voix pour t’instruire ; sur la terre, il t’a fait voir son feu impressionnant, et tu as entendu ce qu’il te disait du milieu du feu. Parce qu’il a aimé tes pères et qu’il a choisi leur descendance, en personne il t’a fait sortir d’Égypte par sa grande force,  pour chasser devant toi des nations plus grandes et plus puissantes, te faire entrer dans leur pays et te le donner en héritage, comme cela se réalise aujourd’hui. Sache donc aujourd’hui, et médite cela en ton cœur : c’est le Seigneur qui est Dieu, là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre ; il n’y en a pas d’autre. Tu garderas les décrets et les commandements du Seigneur que je te donne aujourd’hui, afin d’avoir, toi et tes fils, bonheur et longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu, tous les jours. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 16,24-28

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la gardera. Quel avantage, en effet, un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est au prix de sa vie ? Et que pourra-t-il donner en échange de sa vie ? Car le Fils de l’homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père ; alors il rendra à chacun selon sa conduite. Amen, je vous le dis : parmi ceux qui sont ici, certains ne connaîtront pas la mort avant d’avoir vu le Fils de l’homme venir dans son Règne. »

Dieu est parmi nous

Le peuple d’Israël se plaint de sa condition et Moïse se permet de le secouer pour le ramener à la raison. Homme de foi, il décèle la présence constante de Dieu dans la longue traversée du désert. Il lance un cri du cœur à ses frères et sœurs pour leur rappeler que Dieu a créé l’être humain par amour, qu’il reste à ses côtés pour le protéger, le libérer et le conduire vers un monde meilleur. Cette parole est très actuelle, dans un contexte où règne un certain pessimisme, y compris parmi les chrétiens et chrétiennes. La foi, qui devrait nourrir l’espérance, ne semble pas au rendez-vous. On ne voit que ce qui va mal: guerres, famines, catastrophes naturelles, chômage, maladie… On oublie que l’Esprit anime les secouristes, les organismes de charité, les chercheurs en laboratoire. On ne reconnaît pas le Christ compatissant dans l’ami qui frappe à la porte pour offrir son soutien. C’est aussi à nous que Moïse s’adresse aujourd’hui. C’est nous qu’il interroge, qu’il secoue. Dieu est parmi nous: osons le reconnaître.

Suivre le Christ.

«Suivre Jésus, être ses témoins sur les chemins de l’Évangile » Ça se chante bien, mais c’est plus difficile à vivre. Marcher derrière lui ne fait pas disparaître les difficultés. Jésus nous apprend à nous tenir solidement sur les eaux troubles, à avancer avec confiance à sa lumière. Mais cela exige de notre part de quitter notre confort, de sortir de chez soi, comme le rappelle souvent le pape François. Cela exige aussi d’ouvrir grands les yeux et le cœur pour relever la personne qui est tombée, nourrir celle qui a soif de présence, d’amitié, de chaleur humaine. La vie n’a de prix que si elle est donnée avec amour. Perdre sa vie pour Jésus équivaut à faire des choix sensés entre ce que le monde nous offre et ce que Dieu attend de nous. Prendre sa croix est exigeant, mais pas forcément douloureux quand nous prenons conscience du bonheur qui nous est promis.

A Toi toute adoration

Gloire te soit rendue, Seigneur,

Toi l’Adorable, l’Eternel, existant à jamais,

et qui nous aime.

Toi dont la clémence et la puissance

embrassent l’univers,

le Régulateur des mondes, la Lumière de la création.

A Toi va notre adoration,

à Toi toute adoration.

Tu existais avant toute chose,

Tu existeras quand tout ce qui vit aura cessé de vivre.

Ton pardon et ta miséricorde sont infinies,

O mon Seigneur, Tu es l’aide de l’affligé,

le Consolateur de toute détresse,

le Refuge de celui dont le cœur est brisé.

Tu es l’Ami du pauvre et de l’endetté.

Tu es le Créateur et je ne suis que ta créature.

Tu es mon Souverain et je ne suis que ton serviteur.

Tu es Celui qui aide, et moi celui qui supplie.

Tu es, ô mon Seigneur, mon Refuge.

Tu es Celui qui pardonne, et moi le pécheur.

Tu es le Miséricordieux, qui sait tout, qui aime tout.

Je cherche à tâtons dans l’obscurité,

Je cherche Ta connaissance et Ton amour.

Accorde-moi, mon Seigneur,

ta connaissance, ton amour et ta pitié.

Pardonne-moi mes péchés, Seigneur,

et laisse-moi T’approcher.

Ail ibn Abi Talib

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s