« Une pause par jour » – 1er juin 2016

« Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants » – Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 12, 18-27)

En ce temps-là, des sadducéens – ceux qui affirment qu’il n’y a pas de résurrection –
vinrent trouver Jésus. Ils l’interrogeaient : « Maître, Moïse nous a prescrit : Si un homme a un frère qui meurt en laissant une femme, mais aucun enfant, il doit épouser la veuve pour susciter une descendance à son frère. Il y avait sept frères ; le premier se maria, et mourut sans laisser de descendance. Le deuxième épousa la veuve, et mourut sans laisser de descendance. Le troisième pareillement. Et aucun des sept ne laissa de descendance. Et en dernier, après eux tous, la femme mourut aussi. À la résurrection, quand ils ressusciteront, duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour épouse ? »

Jésus leur dit : « N’êtes-vous pas en train de vous égarer, en méconnaissant les Écritures et la puissance de Dieu ? Lorsqu’on ressuscite d’entre les morts, on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme les anges dans les cieux. Et sur le fait que les morts ressuscitent, n’avez-vous pas lu dans le livre de Moïse, au récit du buisson ardent, comment Dieu lui a dit : Moi, je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob ? Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Vous vous égarez complètement. »

Logique humaine, logique divine.

Les sadducéens, plutôt conservateurs, n’acceptent pas l’idée relativement nouvelle de la résurrection, Ils évoquent un cas concret pour tenter de démontrer que cette croyance ne tient pas la route. Mais Jésus saisit bien qu’ils ne peuvent pas aller très loin dans leur réflexion. Ils se contentent en effet de calquer les réalités d’en haut sur la vie ici bas. Jésus les invite à s’élever d’un cran, car la logique divine est bien différente de la logique humaine.

Jésus, en ne donnant aucun détail sur la-vie-après-la-mort, affirme la radicale nouveauté de celle-ci. Inutile donc de spéculer et de chercher à forcer les secrets d’une réalité qui nous dépasse. Un repère précieux en notre temps où les expériences de «channelling» (communication avec les défunts) connaissent un regain d’intérêt dans une culture occidentale qui, par ailleurs, occulte la mort. Alors essayons, avec le secours de l’Esprit, de consentir au mystère et de faire un saut dans la foi, malgré nos interrogations et nos angoisses légitimes à l’égard de « ce que l’oeil n’a pas vu, ni l’oreille entendu». Car rappelons-le : c’est à des merveilles que nous sommes promis dans l’au-delà. Ne s’agit-il pas, en effet, de «tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment » (1 Co 2, 9) ?

Prière

Seigneur, tu es pour nous

le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,

non pas une idole subissant le sort des mortels,

mais l’espérance et la joie des vivants.

Béni sois‑tu, Dieu saint et fort,

tu nous appelles à vivre dès à présent en ressuscités.

La vie après la mort n’est pas un sursis miraculeux,

mais le gage indélébile de ton amour.

Que ta parole nous réconforte et nous garde

sur les chemins où nous allons à ta rencontre.

Fais de nous des amis et des serviteurs de la vie,

avec une attention particulière

pour les êtres fragiles et menacés.

Répands sur nous l’Esprit qui recrée et vivifie.

Qu’il rende nos corps mortels semblables

au corps glorieux de ton Fils bien‑aimé.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s