« Une pause par jour » – 7 décembre 2015

« Nous avons vu des choses extraordinaires aujourd’hui ! » – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 5, 17-26)

Un jour que Jésus enseignait, il y avait dans l’assistance des pharisiens et des docteurs de la Loi,  venus de tous les villages de Galilée et de Judée, ainsi que de Jérusalem ; et la  puissance du Seigneur était à l’œuvre pour lui faire opérer des guérisons. Arrivent des gens, portant sur une civière un homme qui était paralysé ; ils cherchaient à le faire entrer pour le placer devant Jésus. Mais, ne voyant pas comment faire à cause de la foule, ils montèrent sur le toit et, en écartant les tuiles, ils le firent descendre avec sa civière en plein milieu devant Jésus. Voyant leur foi, il dit : « Homme, tes péchés te sont pardonnés. » Les scribes et les pharisiens se mirent à raisonner : « Qui est-il celui-là ? Il dit des blasphèmes ! Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? » Mais Jésus, saisissant leurs pensées,  leur répondit : « Pourquoi ces pensées dans vos cœurs ? Qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire : “Tes péchés te sont pardonnés”, ou dire : “Lève-toi et marche” ? Eh bien ! Afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a autorité sur la terre pour pardonner les péchés, – Jésus s’adressa à celui qui était paralysé – je te le dis, lève-toi, prends ta civière et retourne dans ta maison. » À l’instant même, celui-ci se releva devant eux, il prit ce qui lui servait de lit et s’en alla dans sa maison en rendant gloire à Dieu. Tous furent saisis de stupeur et ils rendaient gloire à Dieu. Remplis de crainte, ils disaient : « Nous avons vu des choses extraordinaires aujourd’hui ! »

Une communauté qui prie et agit…

On parle souvent d’une foi à déplacer les montagnes; dans cet évangile, c’est une foi à déplacer les toits! Elle n’en est pas moins grande, puisqu’elle fait l’admiration de Jésus. Une belle image de l’intercession de l’Église se dissimule sous ce récit. Jésus guérit le paralytique en percevant la foi de ceux qui le présentent à lui. On peut penser que le paralytique adhère à la demande, mais seul, il est bien impuissant. Il a besoin des autres, des amis, des frères, de ceux qui partagent la même espérance que lui, pour lui. C’est une intercession communautaire pour le bien d’un de ses membres. «Ne regarde pas nos péchés, mais la foi de ton Église», dit la liturgie eucharistique. Elle est forte et puissante, cette prière de la communauté chrétienne réunie! Rendons grâce pour le geste de Jésus qui n’a de joie qu’à voir les gens marcher enfin, réconciliés avec eux-mêmes et avec Dieu. Rendons grâce avec les personnes qui font naître des bonheurs quotidiens parce qu’elles se lèvent à force d’efforts et de volonté. Rendons grâce au Dieu de la vie qui veut nous libérer de tout ce qui nous paralyse: la méfiance, la peur, l’indifférence et la maladie.

Prière

Seigneur, en guérissant le paralysé, une fois encore tu nous as révélé ton visage de bonté. Tu sais combien nous sommes aussi paralysés par la pauvre image que nous nous faisons de nous-mêmes et que notre entourage continue à entretenir.

Que ton Esprit nous relève et nous libère pour oser sortir et nous engager avec enthousiasme sûrs que tu es là à nos côtés maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

(Ces réflexions pour ce temps de l’Avent sont tirées de la revue canadienne « vie liturgique » 2014 Accueillons sa bienveillance)

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s