« Une pause par jour » – 8 août 2016

« Ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera. Les fils sont libres de l’impôt » – Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu  (Mt 17, 22-27)

En ce temps-là, comme Jésus et les disciples étaient réunis en Galilée, il leur dit : « Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera. » Et ils furent profondément attristés. Comme ils arrivaient à Capharnaüm, ceux qui perçoivent la redevance des deux drachmes pour le Temple vinrent trouver Pierre et lui dirent : « Votre maître paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas ? » Il répondit : « Oui. »

Quand Pierre entra dans la maison, Jésus prit la parole le premier : « Simon, quel est ton avis ? Les rois de la terre, de qui perçoivent-ils les taxes ou l’impôt ? De leurs fils, ou des autres personnes ? » Pierre lui répondit : « Des autres. » Et Jésus reprit : « Donc, les fils sont libres. Mais, pour ne pas scandaliser les gens, va donc jusqu’à la mer, jette l’hameçon, et saisis le premier poisson qui mordra ; ouvre-lui la bouche, et tu y trouveras une pièce de quatre drachmes. Prends-la, tu la donneras pour moi et pour toi. »

Jésus veut rester avec nous

Aujourd’hui, la liturgie nous offre des possibilités nouvelles de réflexion. Parmi celles-ci nous pourrions nous fixer sur ce qui est présent tout au long du texte: la relation éminemment familière de Jésus avec les siens.

Saint Matthieu nous dit que Jésus et les disciples «étaient réunis en Galilée» (Mt 17,22). Cela semble bien évident, mais le fait de mentionner qu’ils étaient ensemble nous montre comme l’évangéliste veut souligner la proximité du Christ. Puis, Il leur ouvre son Cœur pour leur confier le chemin de sa Passion, Mort et Résurrection, c’est-à-dire, ce sentiment qu’Il porte au fond de son cœur et qu’Il ne veut pas que, ceux qu’Il aime tant, puissent ignorer. Après, le texte signale l’épisode du paiement des taxes, et ici, à nouveau, l’évangéliste nous laisse entrevoir le traitement de Jésus, en se mettant au même niveau que Pierre, en opposant les fils (Jésus et Pierre) exempts de payer face aux autres qui y sont obligés. Finalement, le Christ leur montre comment ils doivent faire pour obtenir l’argent nécessaire pour payer, pas seulement pour Lui, mais pour eux deux, de façon à ne pas être une occasion de chute et scandale.

Dans tous ces traits nous découvrons une vision fondamentale de la vie chrétienne: il s’agit de l’ardeur que Jésus y met pour rester avec nous. Le Seigneur dit dans le livre des Proverbes: «Trouvant ma joie dans les fils des hommes» (Prov 8,31). À noter comment cette réalité peut changer notre approche de la vie spirituelle sur laquelle, souvent, nous ne plaçons aucune attention alors que, par contre, nous tendons à mettre tout l’accent sur ce que nous faisons, comme si c’était cela le plus important! La vie intérieure doit se centrer sur le Christ Jésus, sur son amour pour nous, sur son dévouement jusqu’à la mort pour nous, dans sa recherche constante de notre cœur. Le Pape Jean Paul II l’a très bien exprimé lors de sa visite en Espagne en 1982, lorsqu’il a dit aux jeunes d’une voix forte: «Regardez-Le!».

Abbé Joaquim PETIT Llimona, L.C. (Barcelona, Espagne)

Prière

Conflits, oppressions des plus faibles, marché financier érigé en idole, voilà les réalités de notre monde. Consolide, Seigneur, mon discernement contre le pouvoir de la richesse, fortifie ma vie spirituelle pour la centrer encore plus sur toi, élève mon âme vers les secrets du ciel.

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s