« Une pause par jour » – 27 novembre 2015

« Lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le royaume de Dieu est proche » – Évangile de Jésus Christ selon saint Luc  (Lc 21, 29-33)

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : « Voyez le figuier et tous les autres arbres. Regardez-les : dès qu’ils bourgeonnent, vous savez que l’été est tout proche. De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le royaume de Dieu est proche. Amen, je vous le dis : cette génération ne passera pas sans que tout cela n’arrive. Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. »

Espérer un nouveau printemps

Après avoir exposé le climat de trouble et de violence dans lequel le Fils de l’homme se manifestera, Jésus annonce un printemps nouveau, Il nous invite à contempler les bourgeons des arbres. En cette fin d’automne, il est étonnant d’apercevoir, sur les branches, les têtes des bourgeons qui se sont déjà préparés en vue du printemps, alors que l’hiver n’est pas encore arrivé. Aussi incroyable que cela puisse paraître, le printemps est déjà en gestation! L’espérance chrétienne contient ce germe qui annonce la victoire de la vie sur toute mort, avant même que les menaces et les dangers n’apparaissent. Ainsi, ne désespérons pas du sort de ce monde et ne doutons pas de la capacité de bonté en chacun. Dieu lui-même demeure confiant en nous. Tout comme lui, espérons un nouveau printemps, une vie nouvelle pour notre monde.

A chaque génération, il est donné de voir les signes annonciateurs du règne de Dieu. Et celui-ci est déjà là, au milieu de nous, Il s’agit d’abord de le rendre présent en nous-mêmes et de vivre en pleine possession de nos capacités, dans notre vie, dans notre entourage, dans les institutions qui servent la collectivité, et ce, dans une tension permanente entre le «déjà là» et le «pas encore.

 Augmente ma foi

Père, aide-moi à ne plus dire:  »C’est impossible ! »   »Rien n’est impossible à Dieu » a entendu et cru Marie à l’heure où renaissait le monde.

Il fait bon de Te retrouver soudain, Seigneur, si proche, au cœur de mes impasses et de crier plus fort, plus follement :  »Tout est possible à celui qui croit ! »

Cette conversion impossible. Cet impossible chemin de sainteté.

L’impossible bonheur de ce prisonnier. Cette impossible sortie de la drogue. De l’alcool. Des vertiges suicidaires. L’impossible paix dans le monde. L’impossible courage. L’impossible pardon. L’impossible amour.

Seigneur augmente ma foi ! Ma foi si fragile : elle a si peur de s’abandonner à Toi.
Ma foi si pauvre : elle a si peur de s’enrichir de Toi.          

André Dumont

Laissez-nous votre commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s